«Lorsque les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n'avons rien dit, nous n'étions pas Cubains.»
BOUTIQUE EN LIGNE

CITATION DU JOUR :



ALLOCUTIONS
Fidel Castro - 17 janvier 2006
par CASTRO Fidel
17 janvier 2006

Allocution prononcée par Fidel Castro Ruz, président des Conseils d’Etat et des ministres, à l’occasion du quarante-septième anniversaire de son arrivée à Pinar del Río au triomphe de la Révolution et de la conclusion du montage des groupes électrogènes dans cette province, Pinar del Río, le 17 janvier 2006

Chers compatriotes

Je ne vais pas tenter d’expliquer comment on vivait dans la province de Pinar del Río. Un paysannat devant payer sous forme de métayage jusqu’à 30 p. 100 de la valeur de ses produits, latifundia, détenteurs précaires, chômage, exploitationimpitoyable du peuple, analphabétisme, mortalité infantile élevée, absence quasi totale de soins médicaux et éducationnels, pénurie d’eau et de services publics élémentaires. On la connaissait, jusqu’au triomphe de la Révolution, comme la Cendrillon de Cuba.

Chaque fois que je viens sur cette terre occidentale de notre pays un 17 janvier, je ne peux m’empêcher de me souvenir du discours ému que j’ai prononcé ce jour-là à Artemisa et à Pinar del Río voilà quarante-sept ans. A peine arrivé, j’ai dit dans mon premier discours :

Je sais qu’il y a beaucoup de gens dans le besoin, je sais qu’il y a de nombreux malades sans hôpitaux, beaucoup d’enfants sans écoles, de nombreuses familles qui ont faim, mais nous ne réglerons pas le problème d’une ou deux familles : nous réglerons les problèmes de tous. Je peux vous dire que nous ferons tout ce qui est à notre portée, que nous ferons plus que nous pouvons promettre. Et ce ne sera pas sur-le-champ, ce ne sera pas dans l’immédiat.

Voilà pourquoi je vous dis d’avoir confiance, voilà pourquoi je vous dis à tous ceux qui veulent quelque chose que nous n’allons pas régler les problèmes d’une personne, ou de deux, ou de trois ou de quatre, mais que l’objectif de la Révolution est de régler les problèmes de tout le monde. Des centaines de milliers de Cubains sont dans le besoin, et ce n’est pas en réglant les problèmes de dix ou vingt qu’on règle quelque chose, mais en réglant les problèmes de centaines de milliers de Cubains. J’aurais mieux fait de dire de millions de Cubains.

J’ai confiance dans le peuple cubain, je sais que la Révolution ira de l’avant, je sais que la souveraineté du pays sera respectée et je sais que Cuba finira par être un jour un des peuples les plus prospères, les plus justes et les plus heureux du monde.

Artemisa, la ville qui a apporté le plus de combattants à l’attaque de la Moncada et au sacrifice suprême, appartenait alors à la province de Pinar del Río.

Elle appartient aujourd’hui à Pinar del Río, à La Havane et à Cuba. Et Pinar del Río appartient aujourd’hui - j’ose le dire - au monde (applaudissements). Une simple révision de ce que Pinar del Río doit signifier aujourd’hui pour le monde, au terme de quarante-sept de blocus impérialiste criminel, d’agressions sinistres, d’invasion de Playa Girón, de crise des Missiles, de milliers d’actions terroristes contre notre peuple, de désintégration du camp de ceux qui furent nos alliés socialistes, de la disparition de l’URSS et de la Période spéciale, ne peut que m’impressionner.

Voyons quelques chiffres, en commençant par les choses les plus simples. Le taux de chômage actuel en Pinar del Río n’est que de 1,1 p. 100, ce qu’on qualifie dans le monde de plein emploi.

La province compte 31 barrages et 65 micro-barrages qui retiennent plus d’un milliard de mètres cubes d’eau, tous construits par la Révolution. Les canalisations de cet élément vital parviennent à presque toutes les localités avec plus ou moins de difficultés.

Il n’existe quasiment aucun logement, sauf dans les endroits éloignés et d’accès difficile, où les lignes électriques n’arrivent pas.

La mortalité infantile a été en 2005 de 5,4, une des plus faibles enregistrées depuis la victoire de la Révolution. Bien moins que dans la capitale des Etats-Unis.

Le niveau de scolarité dépasse neuf années d’études. On y compte 44 691 diplômés universitaires, alors que la province n’en comptait avant 1959 que 541, dont 33 femmes, soit quatre-vingts fois moins.

Il y existe un puissant mouvement culturel, surtout en arts plastiques et en littérature. La pratique massive du sport s’accroît, et la représentation de ses athlètes dans les équipes nationales et aux compétitions internationales est significative.

La province compte deux Réserves mondiales de la biosphère : la presqu’île de Guanahacabibes et la sierra del Rosario. La région de Viñales a été inscrite au Patrimoine naturel mondial.

Villa Bolívar, construit avec la coopération du Venezuela, a été inauguré le 21 août en présence du président Hugo Chávez qui a réalisé de là son émission Allô Président, durant lequel les habitants ont exprimé le profond amour de tous les Cubains envers ce pays frère et leur volonté de mener jusqu’au bout l’Alternative bolivarienne pour les Amériques (ALBA).

Outre les investissements, d’importants programmes se sont développés en Pinar del Río dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la culture, du sport et dans d’autres domaines sociaux dans le cadre de la Bataille d’idées que notre peuple livre victorieusement.

Le Cours de perfectionnement intégral pour jeunes, lancé en 2001, a permis de diplômer 4 985 jeunes, la totalité ayant pu faire ensuite des études universitaires. Le nombre d’inscrits est aujourd’hui de 7 158, dans trente-sept sièges.

Le Cours de perfectionnement pour travailleurs du ministère du Sucre, lancé en 2002, accueille 1 748 élèves, dans huit sièges : deux à Bahía Honda ; cinq à San Cristóbal et un à La Palma, autrement dit là où se trouvaient les sucreries.

La province a diplômé 1 087 travailleurs sociaux, dont 794 sont des femmes et 936 sont militants de l’Union des jeunes communistes (UJC). La septième promotion comprend 454 élèves, dans cent trente-huit maisons d’étude.

Le Cours de formation de professeurs généraux intégraux du premier cycle du second degré a formé 1 771 élèves. Le nombre d’inscrits actuel est de 761.

L’Université nationale des sciences informatiques, au prestige mondial croissant, compte 867 élèves parmi les meilleurs de toutes les communes de Pinar del Río.

La province a diplômé 543 animateurs culturels, incorporés dans la Brigade José Martí : 143 en musique ; 177 en théâtre et 96 en danse. Les inscrits sont 1 357.

Le Cours de technologie de la santé (spécialité optométrie et optique), commencé en 2004, compte 1 524 élèves.

La province a créé trente-trois vidéo-clubs, auxquels assistent en moyenne tous les jours 5 282 enfants et 4 325 adultes, soit un total de 9 607 personnes.

La province compte trente-six Clubs d’informatique et d’électronique de jeunes, un palais de l’informatique et un service itinérant d’informatique, pour un total de 344 ordinateurs. Le nombre de participants est de 6 489. La province a diplômé 37 548 participants ces cinq dernières années.

Le Programme audiovisuel compte 6 364 téléviseurs et 2 526 magnétoscopes installés dans 942 écoles, dont 163 équipées de panneaux solaires.

Le Cours d’introduction à l’informatique dans le primaire fonctionne dans les 689 écoles primaires, à raison de 66 719 élèves et 1 540 ordinateurs. Le ratio élève/ordinateur est de 43,3 dans le primaire ; de 36,7 dans le premier cycle du second degré ; de 23,1 dans le deuxième cycle du second degré et de 25,3 dans l’enseignement technique et professionnel.

Le Cours de formation de l’Institut national des sports, de l’éducation physique et des loisirs (INDER), commencé en 2004, a formé 1 172 élèves, et en accueille actuellement 640.

L’universalisation de l’enseignement supérieur concerne toutes les communes de la province, pour un total d’inscrits de 21 502. Si l’on ajoute les 5 536 élèves des cours normaux des quatre universités provinciales, le total d’étudiants se montent a 27 038, soit plus de deux fois plus d’étudiants qu’il n’en existait dans tout le pays avant la Révolution.

Le programme d’édition Libertad a permis de faire parvenir 122 253 exemplaires de quinze ouvrages et 22 418 exemplaires d’histoire de Cuba aux diplômés des divers enseignements.

Un total de 339 élèves de l’Ecole latino-américaine de sciences médicales, provenant de quarante-quatre pays, se forme dans la province dans les spécialités de médecine générale, de thérapie physique et de rétablissement.

Les programmes de la révolution dans le cadre de la Bataille d’idées ont permis de créer 42 429 emplois ces dernières années.

Dans le cadre du programme d’informatisation de la santé publique, on a installé 315 ordinateurs dans des bibliothèques, des centres de génétique et des banques du sang.

Les Secteurs de soins intensifs municipaux ont accueilli 8 796 patients, pour un taux de survie général de 97,9 p. 100. Le taux de survie des patients en danger de mort (6 023) a été de 97,1 p. 100.

La province compte douze services dentaires dans des polycliniques et on a installé trente-huit ensembles dentaires.

La province compte quatorze services d’optique, dont huit ont été réparés dans le cadre du programme correspondant et quatre sont nouveaux. Des 132 pharmacies communautaires, 106 ont été réparées et 26 sont nouvelles. Les quatorze pharmacies municipales principales sont informatisées et connectées au réseau.

La province compte trente-cinq services de radiologie.

Alors qu’il n’existait que quatre services d’écographie et uniquement dans les hôpitaux provinciaux, la province en compte aujourd’hui trente et un dotées de quarante-trois appareils, soit une couverture totale dans les polycliniques et les hôpitaux. La province a formé cinquante-six spécialistes et vingt-six techniciens en échographie, et accueille 33 523 patients, la plupart au niveau des soins primaires.

Les services d’endoscopie, qui n’existaient qu’à l’hôpital provincial, ont été étendus à cinq polycliniques qui ont traité 3 121 patients. Ils seront étendus peu à peu à toutes les polycliniques sans exception. Trente-six spécialistes en médecine générale intégrale et 24 personnels infirmiers ont reçu un diplôme dans cette spécialité.

Les services de laboratoires d’allergie sont passés de cinq à huit, accueillant 10 933 patients.

La province compte quatorze services de petite chirurgie, dont dix en polycliniques et quatre en hôpitaux, 13 293 opérations s’étant effectuées dans les polycliniques, soit 2 040 de plus qu’en 2004.

Les vingt-cinq nouvelles salles de rétablissement, distribuées dans toutes les communes, prêtent douze services intégraux et ont traité 167 000 patients.

Les vingt-trois services correspondants ont accueilli 29 502 patients en ophtalmologie et 7 985 en optométrie. La province compte dix-sept résidents d’ophtalmologie, de futurs spécialistes, donc : deux en troisième année, un en deuxième année et quinze en première année. Et des milliers d’autres sont en formation.

On a créé deux nouveaux services d’hémodialyse à l’hôpital Comandante Pinares, à San Cristóbal, et à l’hôpital Augusto César Sandino. On a aussi agrandi celui de l’hôpital Abel Santamaría, qui a reçu vingt-trois nouveaux reins artificiels.

Ceci a permis de réduire le ratio patient/rein de 9 à 5,2 et de traiter 130 patients de toute la province. La mortalité a été de 7,2 p. 100, contre 29 p. 100 avant le lancement de ce programme.

Pour humaniser sensiblement le séjour des patients souffrant d’affections rénales chroniques, on a construit deux foyers de néphropathie. La salle de soins intensifs de cardiologie a accueilli 1 665 patients, dont 672 frappés d’un infarctus sévère, pour une mortalité de 9,6 p. 100. De 1995 à 2000, la mortalité à ce titre avait été de 17,8 p. 100. Chez les patients qui ont bénéficié d’un traitement thrombolytique associé à la streptokinase - un produit cubain mis au point par nos centres scientifiques - la mortalité a été de 6,6 p. 100. Soit le tiers des décès enregistrés à la fin des années 90.

La province compte quarante-trois appareils d’électrocardiographie dans toutes les communes.

Un appareil de mammographie récemment installé a permis de traiter 390 patientes, alors que la province n’avait plus bénéficié de ce service ces sept dernières années.

Un appareil de résonance magnétique nucléaire a été assigné à l’hôpital Abel Santamaría. Le projet est terminé et l’entrepreneur est prêt à commencer les travaux.

La climatisation en vue de l’installation d’Excimer Laser pour des opérations de la vue est en cours de montage.

La province permet de faire des études dans cinq secteurs importants pour les services de santé : médecine, soins dentaires, licence de soins infirmiers, technologie de la santé et psychologie, dans cinq collèges universitaires des communes Sandino, Consolación, San Cristóbal et Pinar del Río. Les collèges universitaires, secteurs médecine ou de santé, sont en place dans toutes les communes et accueillent 7 490 étudiants.

La province compte neuf polycliniques universitaires dans sept communes, où se trouvent 165 élèves de médecine - il s’agit là d’un nouveau programme - et 116 professeurs-facilitateurs.

Un total de 46 098 travailleurs du secteur a suivi 2 844 cours de perfectionnement des ressources humaines en Pinar del Río. On travaille à la réparation de onze internats ruraux de la commune Sandino qui étaient fermés. En effet, pour des raisons démographiques, le pays compte aujourd’hui moins de la moitié des élèves de ces niveaux qu’il comptait à un moment donné. La commune Sandino à elle seule comptait trente-quatre internats de ce genre, qui seront destinés maintenant en partie à la formation de médecins latino-américains. Selon les calculs, Cuba en comptera vingt mille d’ici à la fin de l’année. Ainsi, 3 479 bacheliers vénézuéliens arrivent ces jours-ci. Nous espérons qu’il en arrivera environ dix mille cette année, plus dix mille autres Latino- Américains, sans parler de l’Ecole latino-américaine de sciences médicales (ELAM).

L’imprimerie numérique Risso assure depuis 2000 le programme d’éditions locales, et a publié 170 titres de 198 auteurs, pour un tirage de 106 959 exemplaires.

Un jeune écrivain en herbe ayant du talent de n’importe quelle commune n’aura plus à attendre quarante ans, voire sa mort, pour être publié. Toutes les directions de culture municipales disposent d’ordinateurs qui leur ont permis de répondre au programme d’éditions territoriales. Voici maintenant les principales missions accomplies dans la province par les travailleurs sociaux en rapport avec les mesures d’économie d’énergie en cours dans tout le pays :

>>>> LIRE LA SUITE DANS LE DOCUMENT JOINT



© CSP - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
Administration | site crée avec SPIP

ajouter commentaire
envoyer article