«Lorsque les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n'avons rien dit, nous n'étions pas Cubains.»
BOUTIQUE EN LIGNE

CITATION DU JOUR :



BLOCUS
RAPPORT DE CUBA SUR LA RÉSOLUTION 61/11 DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES
par Officiels cubains divers
19 septembre 2007

RAPPORT DE CUBA SUR LA RÉSOLUTION 61/11 DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES

« Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les Etats-Unis d’Améique »

Juillet 2007

TABLE DES MATIÈRES

1. Introduction.

2. Application du Plan Bush de recolonisation de Cuba. Recrudescence du blocus.

3. Préjudices causés aux différents secteurs de l’économie et de la société cubaines. Préjudices causé par l’extraterritorialité du blocus.

4. La section 211 de l’Omnibus Consolidated and Emergency Supplemental Appropriations Act, 1999, et les nouvelles agressions dans le domaine des marques commerciales.

5. Préjudices causés au peuple étasunien, à d’autres peuples du monde, ainsi qu’aux organismes et organisations internationaux.

6. Conclusions.

1. INTRODUCTION

Dans un document du 6 avril 1960 (déclassé en 1991), soit un an avant l’invasion organisé par les USA contre Cuba, Lester Dewitt Mallory, alors secréaire d’Etat adjoint aux Affaires interaméicaines, écrivait dans un méorandum discuté à une rénion dirigé par le président en personne : « Il n’existe pas d’opposition politique efficace àCuba ; le seul moyen prévisible dont nous disposons donc aujourd’hui pour réduire le soutien interne à la Révolution, c’est le désenchantement et le découragement basé sur l’insatisfaction et les difficulté éonomiques. Il faut utiliser au plus tôt tous les moyens concevables pour miner la vie économique cubaine, refuser de l’argent et des livraisons au pays en vue de réduire les salaires réels et monétaires, ce qui provoquerait la faim, le désespoir de la population et le renversement du gouvernement. »

Quarante-sept ans après, la politique du gouvernement étasunien vise toujours à « provoquer la faim, le désespoir de la population et le renversement du gouvernement » à Cuba en vue de la faire revenir à la situation néocoloniale où elle fut maintenue pendant plus d’un demi-siècle.

Les deux tiers des Cubains sont nés et ont vécu sous les effets de cette politique, devant souffrir, survivre et se développer dans les conditions très difficiles que leur impose la seule superpuissance qui cherche à annihiler leur résistance et à liquider l’exemple de dignité et de souveraineté que donne la nation cubaine.

Bien que l’Assemblé générale des Nations Unies ait adopté le 8 novembre 2006, la résolution demandant la levée du blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les Etats-Unis d’Amérique à la majorité écrasante de ses membres et qu’elle ait voté à quatorze reprises antérieurement cette juste revendication, l’administration étasunienne a intensifié ses actions contre le peuple cubain.

A rebours de la volonté formelle de la communauté internationale, Washington a adopté de nouvelles sanctions éonomiques ; a intensifié sa traque des activités des entreprises et des transactions financières internationales de Cuba, dont celles destinées au paiement de ses obligations devant les organismes des Nations Unies ; a volé de nouvelles marques commerciales et de nouveaux millions des fonds cubains mis sous séquestres aux USA ; a adopté des représailles encore plus dures contre ceux qui font du commerce avec l’îe ou ont avec elle des échanges culturels et touristiques ; a exercé des pressions encore plus fortes sur ses alliés pour les contraindre à conditionner leurs relations avec Cuba à l’objectif de « changement de régime » qui sert de fil conducteur à sa politique hostile, et a augmenté à des niveaux sans précédents le soutien financier et matériel qu’il accorde aux actions visant au renversement de l’ordre constitutionnel cubain.

Tout ceci a été facilité grâce à l’application rigoureuse du Plan Bush, autrement dit du plan de recolonisation de Cuba, et des mesures contenues dans sa seconde mouture du 10 juillet 2006, qui inclut même un chapitre secret relatif à des actions secrèes.

En vue de favoriser l’internationalisation de cette politique de blocus illégale, le proconsul chargé de la recolonisation de Cuba, Caleb McCarry a exercé de fortes pressions dans plusieurs capitales en vue d’obtenir un appui à cette politique.

L’administration étasunienne a aussi intensifié ses tentatives de fomenter la subversion à Cuba par l’intermédiaire de ceux qui sont disposés à vendre leurs services en échange d’une partie des quatre-vingt millions de dollars qu’elle a dégagé à ces fins.

L’objectif ne vise en dernier ressort qu’à priver le peuple cubain de sa souveraineté et de son droit à l’autodétermination.

Bien que la guerre économique ait été une constante de la politique étasunienne envers Cuba pendant presque cinq décennies, aucune autre administration n’a atteint les niveaux d’insanité agressive de celle de George W. Bush.

Les chapitres du présent Rapport résument les dommages causés par le blocus entre le second semestre de 2006 et le premier de 2007, mettant en lumière les actions engagés par le gouvernement étasunien en vue d’intensifier sa politique génocidaire et identifiant certains cas qui corroborent le renforcement de son extraterritorialité.

Comme Cuba l’a dénoncé et démontré devant de nombreuses instances, le blocus constitue un acte de génocide, aux termes de l’alinéa c) de l’article II de la Convention de Genève pour la prévention et la répression du crime de génocide, du 9 déembre 1948, et un acte de guerre économique, selon la définition donnée dès 1909 par la Conférence navale de Londres. Il constitue aussi un composant essentiel de la politique de terrorisme d’Etat que les différentes administrations étasuniennes ont appliqué d’une façon systématique et inhumaine contre la population cubaine, sans distinguo d’âge, de sexe, de race, de croyance religieuse ou de position sociale, et qui lui a coûté plus de trois mille vies.

LIRE LA SUITE DANS LE DOCUMENT PDF JOINT EN ANNEXE



© CSP - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
Administration | site crée avec SPIP

ajouter commentaire
envoyer article