"Lorsque les Etats-Unis sont venus chercher Cuba,
nous n'avons rien dit, nous n'étions pas Cubains"


imprimer http://vdedaj.club.fr/spip/spip.php?article608

Rubrique : ACTUALITE Thèmes : CASTRO Fidel
Raul Castro : Fidel est dans le cœur de chacun d’entre nous...
par GRANMA , CASTRO Raul
mercredi 11 octobre 2006

Fidel est dans le cœur de chacun d’entre nous a déclaré le Général d’Armée Raul Castro Ruz aux pionniers lors de leur IVe Congrès

PAR RAISA PAGES ET MARNIE FIALLO

FIDEL n’était pas présent physiquement, mais il se trouvait dans un endroit plus important, dans le cœur de chacun d’entre nous, a affirmé le Général d’Armée Raul Castro Ruz, lors de son intervention au IV Congrès de l’Organisation des pionniers José Marti (OPJM), qui s’est déroulée au Palais des Conventions.

Cette cérémonie va lui faire beaucoup plaisir, elle va le remplir d’une joie profonde en voyant ces enfants tranquilles, disciplinés et solennels ; en voyant cette jolie fleur verte que vous représentez.

Il a rappelé la réponse du leader cubain quand les pionniers ont scandé au troisième Congrès des pionniers : Fidel, Fidel, qu’a donc Fidel, que les américains ne peuvent rien contre lui ? « Je vous ai vous », avait-il répondu il y a cinq ans. Personne n’aura le moindre doute sur la raison qui lui avait fait répondre cela.

Quand Fidel aura récupéré, il participera à une séance solennelle avec les délégués de ce IVe Congrès des pionniers, a indiqué Raul, une proposition qu’il a transmise à l’initiative de Carlos Lage. La nouvelle a provoqué une explosion de joie lors de la séance plénière.

« Il faut exiger de Fidel qu’il guérisse, et je vais le lui dire en votre nom. Je ne vais pas perdre de vue cette séance solennelle », a ajouté Raul.

EN CONSTANTE AMÉLIORATION

Le second secrétaire du Parti a démenti les calomnies de la presse étasunienne et de Miami qui affirment que Fidel est mourant. Sa santé ne cesse de s’améliorer, mais comme il a prévenu dans sa proclamation, sa récupération prendra du temps. Il a un téléphone à ses côtés et il l’utilise chaque jour davantage, a-t-il souligné.

Le ministre des FAR a rappelé qu’il s’était entretenu vendredi 6 dernier avec le Chef de la Révolution à huit heures et demie du soir, une heure décidée par lui, en compagnie de Carlos Lage, vice-président du Conseil d’État, et de Felipe Pérez Roques, ministre des Relations extérieures, où Fidel a fourni diverses orientations concernant les affaires de l’État.

En remémorant des anecdotes de la lutte insurrectionnelle, il a avoué que la phrase qui lui plaisait le plus dans son journal personnel qu’il a écrit durant les 80 premiers jours après le débarquement du Granma, était celle qui racontait la première victoire de l’Armée rebelle lors du combat de La Plata, en janvier 1957.

Il avait noté à cette occasion : « De loin j’ai vu brûler sur les casernes de la répression les flammes de la liberté. Un jour nous construirons des écoles sur leurs cendres ».

Je suis ému, a-t-il ajouté, par tout ce qu’a fait la Révolution dans l’éducation sous la direction rigoureuse de celui que vous appelez le plus grand pionnier.

DÉFILÉ MILITAIRE LE 2 DÉCEMBRE

On ne peut pas se méprendre sur ce petit pays qui abrite un grand peuple tranquille, mais s’ils nous agressent ils vont trouver une force tellurique vert olive, un véritable guêpier, comme Fidel l’a dit une fois. Nous autres nous désirons le meilleur pour notre peuple, mais eux ils nous souhaitent le pire, a-t-il déclaré en faisant allusion aux ennemis de la Révolution.

Raul a annoncé que la capitale du pays sera le 2 décembre le théâtre d’un défilé militaire où sera présentée la modernisation de l’armement, à l’occasion du 50e anniversaire des Forces armées révolutionnaires.

Il a indiqué qu’une autre parade militaire se déroulera le 30 novembre prochain à Santiago de Cuba, pour le 50e anniversaire de l’insurrection de cette ville pour appuyer le débarquement des expéditionnaires du yacht Granma.

Avec Raul étaient présents José Ramon Machado Ventura, Esteban Lazo et Carlos Lage, membres du Bureau politique, ainsi que des membres du secrétariat. Étaient présents aussi des dirigeants de l’Union des jeunes communistes, de la Fédération estudiantine universitaire, de la Fédération des étudiants de l’enseignement secondaire et du ministère de l’Éducation.

UNE EXPLOSION DE BAISERS ET D’EMBRASSADES

Le premier vice-président du Conseil d’État a été le dépositaire des accréditations, à lui et à Fidel, comme délégués au IVe Congrès des pionniers, remises par Herlys Ortiz au nom des plus de 1 400 000 pionniers cubains.

Raul a été accueilli par une explosion inattendue et massive d’embrassades et de baisers de la part des pionniers, qui lui ont remis un tableau où les enfants lui demandent d’accepter leur entrée dans « l’armée de Fidel, comme soldats des idées et de feux, pour les batailles d’aujourd’hui et de demain, sous les ordres d’un général comme vous, fidèle aux rêves de Marti ».

Une pièce de verre taillée avec le portrait de José Marti par l’artiste de Cardenas Carlos Marcoleta, a été envoyée au président par le biais de son frère cadet au plus grand de tous les pionniers.

Raul a pris plaisir à l’affection et à la joie contagieuse des enfants, qui ont chanté, rit, conversé, dansé et même pleuré d’émotion.

Le ministre des FAR leur a dit que Fidel leur avait envoyé un cadeau spécial : la seconde édition du livre Cent heures avec Fidel, une série d’entretiens du ressort du franco-espagnol Ignacio Ramonet.

Vous avez été présents à chaque minute de ce Congrès, dans chaque rêve, dans chaque poème, dans chaque chanson, a affirmé Miriam Yanet Martin, présidente nationale de la OPJM.

Miriam Yanet, dans un message à Fidel, a affirmé : « De la même façon que vous les aimez, Commandant, eux vous aiment, et ils sont ici pour le faire savoir ».

LES PIONNIERS MULTIPLIENT LES IDÉES DU CHE

À l’occasion du 39e anniversaire de la mort du Che en Bolivie les pionniers multiplient ses idées, a souligné Mercedes Lopez Acea, membre du secrétariat du Comité central, à la clôture de la réunion.

Le médecin cubain, Lazaro Izquierdo, qui travaille au poste de La Higuera, a raconté aux pionniers ses expériences dans ce lieu historique de la Bolivie. Là-bas à La Higuera, où ils ont tué le Che, le docteur Izquierdo exerce des fonctions de collaborateur. Membre de la Brigade internationale Henry Reeve, ce jeune professionnel est arrivé en Bolivie avec d’autres travailleurs de la Santé, lorsque cette nation a été touchée par des pluies intenses en février dernier.

Nous sommes là-bas pour accomplir les rêves de Che Guevara, les rêves de ces modèles d’hommes recherchés par les enfants cubains et ceux de La Higuera, a-t-il indiqué.

À La Higuera, ils ne regardent pas seulement le Che comme un saint ; il continue d’être le symbole de nombreuses personnes dans le monde. Valle Grande a été non seulement le lieu où il a contribué à rénover le poste médical, mais aussi celui où il a chargé sur son dos les matériaux de construction, à 2 300 mètres de hauteur.

http://www.granma.cu/frances/2006/octubre/lun9/42raul-f.html