"Lorsque les Etats-Unis sont venus chercher Cuba,
nous n'avons rien dit, nous n'étions pas Cubains"


imprimer http://vdedaj.club.fr/spip/spip.php?article744

Rubrique : ANALYSES Thèmes : DESINFORMATION | RCTV | UE - Union Européenne | VENEZUELA
Gênée la présidence allemande, pour rédiger son communiqué sur RCTV ?
par divers
mercredi 30 mai 2007

Paul-Emile Dupret Collectif Venezuela 13 Avril

Après la résolution de la droite du Parlement européen, -inscrite à l’ordre du jour par les libéraux et le PPE et l’UEN avec la gracieuse coopération du groupe ITS de Jean-Marie Le Pen et fille-, après la prise de position de Commission européenne qui lors du débat au Parlement européen, faceà un hémicycle déserté, avait bien dû déclarer que le non renouvellement de la licence de RCTV était une compétence souveraine du gouvernement du Venezuela, comme de tout autre pays, tout en y allant quand même de son petit refrain sur la démocratie et le pluralisme, on attendait plus que la déclaration de la présidence allemande de l’UE.

La voici ci dessous. On voit bien que c’est une déclaration gênée.

Gênée la présidence allemande, sans doute, car elle sait parfaitement bien, concernant RCTV, qu’il s’agit d’une banale décision administrative que le gouvernement vénézuéien adopte de plein droit et après avoir fait preuve de montagnes de patience et de magnanimité à l’égard des télé-poubelles commerciales du Venezuela, putshistes de surcroît qui n’auraient pas fait aussi long feu chez nous. C’est pourquoi la présidence allemande, en absence d’argument de droit, se réfère plutôt à une promesse que lui aurait faite le gouvernement du Venezuela, de lancer un appel d’offre pour l’attribution de la nouvelle licence. Mais comment penser à un appel d’offre puisqu’il s’agit d’une nouvelle chaîne publique... Sans doute la présidence allemande pense-t-elle à un appel d’offre aussi transparent que les contrats pour la sécurité des institutions européennes, avec ses millions d’euros de commissions secrètes... Cela fait penser à bientôt feu Président de la banque mondiale, Paul Wolfowitz, qui plaidait enore, il y a peu, pour une campagne corruption zéro dans les pays en développement...

Gênée sans doute la présidence allemande, aux entournures, car elle demande au gouvernement du Venezuela ce qu’elle n’a jamais demandé aux états membres de l’Union européenne. Le cas le plus récent, d’une longue liste, c’est son silence et celui de la Commission européenne en Mars 2007, lorsque le gouvernement d’Asturias (PSOE) a fermé Tele-Asturias. Oui vous avez bien lu fermé (et non pas un simple non-renouvellement de concession comme c’est le cas pour RCTV).

Gênée sans doute, on peut la comprendre, de parler sur le Venezuela, alors qu’elle est muette sur les dizaines de journalistes assassinés en 2006-2007 en Amérique latine, dont pas un seul au Venezuela, et qu’elle est muette et complice lorsque des milliers de fosses communes sont trouvées en Colombie, remplies de corps d’hommes, de femmes et d’enfants découpés par les groupes paramilitaires opérant pour le compte de politiciens appartenant à l’entourage direct du président Alvaro Uribe, ami et allié de l’Union européenne et de Washington.

Gênée sans doute la présidence allemande de l’UE, on le serait pour moins, car elle se souvient comme nous, que lors d’un précédent communiqué, tout aussi officiel que celui-ci, daté du 12 avril 2002 et signé par le très pacifique et démocratique José Aznar, la présidence de l’UE avait entériné le coup d’état meurtrier du Venezuela, après que l’ambassadeur espagnol à Caracas ait rendu visite à son président dictateur Pedro el Breve, en compagnie de l’ambassadeur américain, et sans même avoir la pudeur d’attendre que l’imposteur ait lui-même prêté officiellement serment.

Pas assez gênée quand même la présidence allemande pour se priver du petit paragraphe numéro 2 de sa déclaration, avec sa dose de remontrance paternaliste et colonialiste sur les droits de l’homme et la démocratie. Nous aimerions bien, pourtant, nous européens, pouvoir comme les vénézueliens, révoquer par référendum les politiciens qui ne tiennent pas leur promesses ou qui sont corrompus. Nous aimerions aussi que le traité de constitution européenne suive une procédure aussi démocratique que celle qu’a suivi la nouvelle constitution du Venzuela, etc, etc...

Pas gênée, quand même la présidence allemande, et surtout, pas craintive de tomber dans le ridicule....

Il est permis de conclure que cette nouvelle attaque groupée contre le gouvernement du Venezuela, menée par l’establishment américain, par la droite européenne, et par des ONG’s comme RSF, est une réponse aux décisions des gouvernements progressistes latino-américains de faire des pas concrets vers leur émancipation économique et à enrayer le pillage de leur continent, notamment en se dotant d’une banque du Sud afin de se libérer du joug de la banque mondiale et du FMI.


Annexe :

Déclaration de la présidence au nom de l’Union européenne au sujet du non-renouvellement de la licence d’émission du canal vénézuélien RCTV

http://www.eu2007.de/fr/News/CFSP_Statements/May/0528Venezuela.html

L’Union européenne a noté avec inquiétude la décision du gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela de laisser expirer la licence d’émission de Radio Caracas Télévision (RCTV) le 27 mai sans appel d’offres ouvert pour la licence qui lui succède. L’Union européenne considère important de rappeler les promesses faites par les autorités vénézuéliennes à l’égard d’un concours ouvert et d’un appel d’offres pour cette licence.

L’Union européenne et la République bolivarienne du Venezuela sont pareillement attachées aux valeurs démocratiques. La liberté de parole et la liberté de presse sont des éléments essentiels de la démocratie. A cet effet, l’Union européenne attend de la République bolivarienne du Venezuela qu’elle protège ces libertés et soutienne le pluralisme dans la diffusion des informations.